Depuis la désormais célèbre tempête de l’Halloween 2019; je suis un peu occupé avec l’extérieur de ma propriété…

Soumission pour réparer toiture, gouttière, clôture, revêtement, ça n’arrête
pas! Tsé quand un arbre de 60 ans tombe sur ta demeure, ça fait des dommages…

Pour refaire une beauté à mon terrain, j’ai joué avec mon ami César! Ça faisait longtemps! Hé que c’est l’fun un César.

Faque au cours d’un creusage de trou particulièrement toff pour mon dos, j’ai croisé des vieilles racines pas commodes. Je les ai césaré avec un plaisir
démesuré: quin mes maudites!

Il y avait de la fumée à certains moments et je me suis dit que j’étais
définitivement une descendante de colons qui a probablement défriché ses terres jadis…

Mes belles hanches propices à l’enfantement pi aux poignées d’amours me confirment que j’ai dû dire à un gros cheval dans cette ancienne vie; « Enweye mon gros cheval! Tire-là la souche! »

Enterré dans un accent du lac, chu quasiment certaine…

Et là, la scie alternative devient ton alliée, le prolongement de ton bras
droit.

Ton very own Edward Scissorshands.

Pi c’est l’fun.

Achète un César.

Appelle-le César.

Dis lui de t’appartenir; il va te le rendre!

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *